Modifier
21
Mar
March 21, 2020, 9:26 pm

Depuis bientôt trois mois, j’ai enfin franchi le cap de dégafamiser mon smartphone ! J’ai donc décidé d’écrire deux billets sur le sujet, un premier pour expliquer pourquoi il me semble important de le faire lorsque c’est possible (et nous verrons que ce n’est pas toujours le cas), quelles sont les possibilités qui s’offre à nous dans ce cas, puis, dans un second billet je parlerai de mon expérience personnelle avec /e/, l’Android respectueux de la vie privée initié par Gaël Duval.

1. Pourquoi Degafamiser ?

Pour les personnes qui, comme moi, possède un smartphone, c’est sans aucun doute l’appareil que nous utilisons le plus dans une journée. L’on ne s’en sépare en fin de compte quasiment jamais, il accompagne la plupart de nos déplacements, comble nos moments d’attente et d’ennui, et de la même manière que le brouillon de cet article aura été rédigé en partie depuis mon smartphone, il est probable que vous soyez vous-même en train de le lire sur le vôtre. Cela en fait donc de ces véritables micro-ordinateurs de poche des cibles de choix pour quiconque, et principalement des organismes privés comme publics, voudrait en apprendre plus sur nous, nos habitudes, nos opinions, ou que sais-je encore. En somme, même si, et c’est important de le faire remarquer, c’est un très bon départ de dégafamiser notre PC, cela s’avérera plutôt vain si votre smartphone est une véritable boîte noire de vos moindres faits et gestes.

2. Quelles alternatives ?

2.1 LineagesOS

La plus connue des alternatives à la version d’Android installée par défaut est sans doute LineageOS, le descendant de CyanogenMod. Cette version d’Android se veut proche d’AOSP (Android Open Source Project, la version « nature » d’Android diront nous, par opposition a la version qui est servi avec une surcouche Google et quelque modification dont le fabricant du téléphone a le secret), en y ajoutant tout de même quelques fonctions absentes d’AOSP, comme un éditeur de thème, ou encore le support natif du format audio FLAC. Par ailleurs, il est possible si on le souhaite de rajouter à l’aide de fichier ZIP les applications de Google, ou de rooter l’appareil.

2.2 /e/

/e/, anciennement nommé Eelo, est un fork de LineageOS développé par Gaël Duval et son organisation à but non-lucratif eFoundation. Cet OS, en accord avec le manifeste de /e/ se veut mêler le respect de la vie privée de l’utilisateur·ice et la simplicité d’utilisation du système. Aussi il utilise MicroG, un ensemble d’application permettant aux applications utilisant les librairies Google (et elles sont nombreuses ces applications, une majorité à vrai dire) de fonctionner tout de même en envoyant le moins de données possible aux serveurs de Google. L’utilisation de MicroG permettra ainsi à un·e utilisateur·ice qui souhaiterait continuer d’utiliser des applications utilisant les librairies évoquées plus haut, comme Signal pour citer une application libre qui ne fonctionnerait pas sans, de pouvoir le faire sans encombre, et sans (trop) craindre pour sa vie privée. Par ailleurs, contrairement à LineageOS, /e/ se veut orienté cloud, proposant à l’utilisateur·ice de se créer un compte Ecloud (qui est un fork de Nextcloud), compte qui peut soit être hébergé par l’eFoundation, soit pas nous même ou quiconque désirerait installer un serveur ecloud dans son garage ou son asso. Ce compte permet de synchroniser nos contacts, nos fichiers, et comporte aussi une boite mail. Une fois synchronisé à mon ordinateur portable, il m’est très pratique pour accéder à mes pdf de cours ou mes prises de notes sur mon smartphone, ou au contraire récupérer facilement les photos prises depuis mon téléphone sur mon ordinateur. Par défaut, ce compte dispose d’un espace de stockage de 5go, et dont la taille peut être augmentée moyennant un don à eFoundation. Cela dit, la limitation permet selon moi un usage raisonné de cette fonction, et ce n’est pas plus mal que les 64go disponibles sur mon smartphone ne se retrouvent pas dans « le nuage », puisqu’il est bon de se souvenir qu’il n’y a pas de nuage, juste l’ordinateur de quelqu’un d’autre.

2.3 Plasma Mobile

Plasma Mobile est une distribution GNU/Linux pour smartphone utilisant basée sur l’environnement KDE Plasma, ce qui lui permet d’être compatible avec certains composant déjà présent dans la version bureau de KDE Plasma, comme KRunner ou les widgets. S’il me semble prometteur et une option intéressante pour les personnes désireuses de retrouver leur expérience et leurs habitudes prises sur KDE Plasma pour PC, je ne pense pas que cela corresponde aux personnes qui ne souhaiterait pas une expérience trop éloignée de celle proposée par Android, ou qui auraient besoin d’applications bien précises qui ne seraient pas encore disponible sur Plasma Mobile.

2.4 Librem 5

Le Librem 5, contrairement aux autres éléments dont nous avons parlé, est un smartphone, et non un simple OS. Ce smartphone repose sur la distribution GNU/Linux « PureOS », qui utilise Gnome3 en environnement de bureau. Il se veut durable en permettant notamment de changer la batterie (bon, c’pas non plus au niveau d’un Fairphone, mais c’est devenu suffisamment rare de nos jours pour le noter), mais aussi et surtout respectueux de la vie privée, en utilisant nativement XMPP, un protocole de communication qui supporte le chiffrement de bout en bout via l’extension OMEMO pour le tchat écrit et le VoIP. C’est un projet qui me semble intéressant, et que je compte continuer à suivre de loin, mais ne l’ayant pas testé, je ne saurais en dire beaucoup plus là-dessus.

2.5 Autres

Il y a eu d’autres tentatives d’OS libre et respectueux de la vie privée sur smartphone, mais qui n’ont pas forcément été menés à leur terme, ou de façon trop marginale pour qu’il me semble pertinent dans parler dans cet article qui se veut actuel et s’adresse à un public plus ou moins généraliste. Je vous conseille cependant d’aller jeter un œil à des projets tels d’Ubuntu Touch (aussi appelé UBPorts), FirefoxOS qui est à l’abandon, Sailfish OS qui se veut conçu pour les corporations et les gouvernements, et donc les besoins en sécurité de ces derniers, ou encore ReplicantOS.

3. Pourquoi ce n’est pas toujours possible ?

Il se peut, et c’est même probable si vous n’avez pas un smartphone d’une série populaire, qu’aucun OS libre ou presque ne soit disponible pour votre appareil, si ce n’est, peut être, une version obscure d’Android compilée par un parfait inconnu, ce qui n’est pas forcément la meilleure solution pour protéger sa vie privée, puisque l’on est dans ce cas pas forcément en mesure de savoir ce qui a été rajouté, et si des éléments malveillants ou indiscrets n’ont pas été glissé dans cette version. Personnellement je ne recommande donc pas cette solution. Vous pouvez aussi vous retrouver dans le cas où le fabricant de votre appareil ne souhaite pas que vous en fassiez ce que bon vous semble, et va donc vous empêcher d’accéder aux modes de démarrage nécessaire pour changer la rom, par exemple via un code que vous ne pourrez-vous procurer qu’illégalement. Ce ne sont que deux exemples que j’ai déjà rencontré auparavant, et j’imagine que d’autres cas que j’ignore peuvent aussi vous empêcher de changer le système d’exploitation de votre appareil.

4. Conclusion

Cet article fait office d’introduction au sujet, dans le suivant qui arrivera très bientôt, je parlerais plus précisément de ce qui a dirigé mon choix vers /e/, et de mon expérience avec ce dernier. J’espère qu’il vous aura plus, aura été suffisamment détaillé, et je répondrais avec plaisir à vos éventuelles questions ou remarques via le formulaire de contact. Enfin, je vous recommande chaudement l’article de OursBlanc qui nous explique comment bien sécuriser son smartphone, c’est je pense un excellent complément au miens, puisqu’il ne sert à rien d’empêcher les Gafam d’accéder à vos infos si vous laissez la porte ouverte à un éventuel voleur, ou bien simplement à vos proches à qui vous n’avez peut-être pas envie de donner accès à toutes votre vie privée et vos communications.

Je modifierais peut-être cet article pour y apporter des précisions, donc sachez qu’à leur actuelle vous lisez la version du 21 mars 2020.

Post précédent